• Cher Journal...

    Le 16 mars 2005, 16h21

    Cher Journal,Aujourd'hui j'ai enfin décidé de te sortir du tiroir dans lequel je t'avais dissimulé voilà près de six mois te choisissant de confident pour ma vie de couple, contrairement à ton jumeau qui lui devait me servir de journal de bord en Israël...Je ne vous ai honoré aucun des deux...L'écriture manuscrite mais vraiment de plus en plus douloureuse, puis perfectionniste comme malheureusement je ne le suis, je me voyais obligée de t'amputer chaque jour d'une nouvelle page, frustrée de l'irrégularité de mes caractères, de la grossièreté des accents ou encore de la couleur de l'encre différente selon la manière de tenir mon stylo à bille Papermate Fexigrip ultra de pointe medium.Bref... e tj'ai donc préféré longtemps un blog pour t'éviter toutes ces sévices pour lesquelles je te demande encore tout pardon même si cela n'effacera jamais de ta mémoire ces feuillets volés.Bref, nous sommes donc le mercredi seize mars, il est quatorze heures quinze.Aujourd'hui voilà un mois et deux jours que je ne suis sortie de l'aseptie de ce duplex ni n'est même levé les stores ne voulant être agressée par cette luminosité que je voudrais sentir se poser sur mon visage... ne voulant risquer que mes voisins constate cette vie morne et amorphe. Pathétique n'est-ce pas ?Je crains d'ailleurs ne devoir en subir les conséquences découvrant une agoraphobie s'installée.Le téléphone est même sur silencieux de plus en plus fréquemment redoutant ça sonnerie, enfin, son interlocuteur...Cela m'effraie... si il m'arrivait quelque chose... quelqu'un s'en renderait-il compte avant que l'odeur nauséabonde d'un corps putréfié n'incommode les voisins ?Cette idée seule me glace le sang, et me renvoie vers toi mon dernier ami.Je te l'avoue... oui... c'est bien cette solitude non choisie qui m'a menée à nouveau vers toi même si ton insolence de la première page affichant comme signet une orchidée que j'avais mise sécher puis avais plastifiée me fit déchanter un instant...Rassure-toi... tu n'y est pour rien... mon visage arborait déjà ses plus lamentables et pathétiques larmes avant de venir te libérer de ce cercueil de poussières, puis c'est moi qui suis venue à toi... c'est moi qui me suis imposée à toi afine de bénéficier de ta présence.J'ai besoin de te voir et de sentir cette gigantesque pièce immaculée habitée... partagée.Je ne vais pas bien, tu sais.Je suis mal. Non seulement il y a cette ambivalence permanente de vaincre, de ne pas survivre mais de livrer un ultime combat pour vivre mieux que jamais et celle de me résigner pour clôre mon histoire... cette histoire médiocre n'étant que vaste supercherie.Espérer partir comme je suis née... sans le demander... spontanément.Si tu savais cher journal...Je me sens tellement seule et perdue.Pourtant, je ne dois je ne peux pas le laisser paraître... les gens fuient les vivants comme moi.Ils vous répondent avec sympathie mais sans vous entendre... il vous écoute juste en laissant vos paroles passer comme le vent.Les gens n'aiment pas s'apercevoir que la vie ça peut-être une comme la mienne aussi... puis... les gens n'ont pas d'énergie pour créer des liens pour en faire une histoire.Effectivement, maintenant, même l'amour est virtuel... le contact et les sens (l'essence) sont superflus.Chaque jour je m'étonne de constater comme il est impossible de s'imaginer dans cet état socialiste ce qu'est mon état des lieux, que l'on puisse se retrouver obliger de se soumettre à pareille situation.J'ai mal aussi, tu sais...Je me sens comme un inscte se débattant pour sortir de sa boîte d'allumettes dans laquelle un gosse l'a cloisonné pour s'amuser et s'étourdir du bruit émis par la bestiole se débattant d'espoir de découvrir une issue.Si aujourd'hui c'est à toi que je confie cet état c'est parce que pour les habitants de cette planète les propos de cette encre gaspillée seraient plaintes, lamentations... apitoiement alors qu'il ne s'agit que d'une pathétique lucidité, et d'un besoin de présence... de vie simplement.C'est dur de ne plus entendre sa voix et de n'échanger que quelques mots par écrits... mais bon... c'est ainsi...J'ai voulu faire l'amour... j'ai fait la mort... et je ne regrette pas avoir tenté ce choix.Je regrette juste parfois de m'être fourvoyée sur un blog pour tenter de rassurer, de dissimuler cette insolente déchéance et d'ainsi de m'être inventée une sortie pour sembler partager la vie... pour sembler la vivre.Mais bon... comme tu me l'entendras souvent le répéter si j'arrive à refuser ce baxter depuis longtemps préparé, j'estime qu'il n'y a jamais de bon ni de mauvais choix... qu'il nous faut juste être capables de les assumer.Soit... de toutes façons, je ne puis fuire dans l'après-midi... je dois encore subir ce corps un minimum d'heures afin d'effectuer les corrections que Valentine m'a demandée d'effectuer et qui me flatta de la sorte.Je ne comprends toujours pas le ridicule de la situation et arrive encore moins à comprendre comment certains peuvent imaginer que dans cet état je puisse retrouver l'autonomie passée.Bref, je ne sais quel choix je ferais au sujet de cette ambivalence que je t'ai décrite cependant, sache que j'apprécie ta présence anonyme et dissimulée...J'avais besoin de dire la vérité... besoin de te dire que même si pendant trois semaines je me suis gavée, pas un kilo ne fut pris, que pendant une vingtaine de jours j'ai parfaitemant ficelé le dossier demandé et me suis persuadée d'une agréable vie future...Oui j'avais besoin de te dire que je ne me suis pas trahie et que je ne me suis pas laisser allée à ma peine.Cependant... celle-ci aussi bosse et ne se trahit pas...C'est ainsi que prise en étau, aujourd'hui j'ignore quel sera le prochain pas... quel sera le dernier seuil que je pourrai franchir... et m'interroge jusqu'où l'instinct de survie et la volonté pourront me mener.Enfin...Rien n'est parfait pour personne... oui... je sais !Je vais donc de ce pas m'en aller vers les corrections où pour une fois mon utilité est sollicitée...C'est bourré de conneries cette vie... je sais ce que je vaux... ce que je peux ammener... les sourires que je peux provoquer et la confiance aussi que je peux rendre... pourtant... ce que je vaux ne suffit pas... il y a aussi ce que je peux... et dans cette situation étriquée... pas grand chose...A mon plus grand regret...Souvenirs d'un avenir rempli de “je peux” avorté...


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :